Ce soir à Orchestre 21… canon d’aujourd’hui et de demain!

Ce soir vous avez envie de rentrer dans vos pantoufles contemporaines d’oeuvres délectables connues et reconnues? Besoin d’explorer le canon de la musique contemporaine?

L’orchestre 21, jeune orchestre de Paolo Bellomia et Ron di Lauro, nous propose un concert d’oeuvres de Serge Garant, Ligeti, Leroux et Evangelista.
Garant et Ligeti n’ont pas besoin d’introduction. La renommée locale sinon canadienne d’Evangelista n’est plus à faire. J’ai pu parler au soliste Wallace Halladay de la pièce de Philippe Leroux, compositeur français que les McGill-ois ont accueilli comme professeur invité entre 2005 et 2006 et que l’Université de Montréal a ensuite reçu parmi les siens en 2009.

Leroux, compositeur né en France, prend le temps de former l’interprète à sa musique. Peut-être parce que ses demandes sont quelques fois tellement loufoques… Wallace Halladay en sait quelque chose: il va jouer la pièce pour saxophone « L’unique trait de pinceau » ce soir et connait l’homme et ses compositions très bien. L’interprète me confie en riant toutes les demandes techniques de la pièce: « Ce qu’il veut n’est pas toujours possible! » me dit Halladay. Leroux explore les sons et utilise les instruments de façon non-traditionnelle: c’est dans cette expérimentation qu’on s’aperçoit de la limite de la manière traditionnelle de noter la musique… La poésie de la pièce ne s’y trouve pas indiquée et pourtant elle y est – l’oreille vous le dira!

On est bien rendu à une impasse générale de notation en musique contemporaine: toutes sortes de notations diverses et distinctes voient le jour. Voyez les partitions de Jean-François Laporte au Salon des Nouvelles Musiques, qui tentent de faire ressortir l’éloquence sonore de façon visuelle.

Mais toutes ces difficultés d’interprétation semblent valoir la peine: Wallace Halladay affirme, sur de lui, que Leroux entrera dans le panthéon de la musique contemporaine. Grande affirmation qui me donne de l’appétit.

Concert canon contemporain et concert découverte ce soir!

Orchestre 21
Salle Pierre-Mercure, 19h
Wallace Halladay, saxophone
Jean-Fabien Schneider, piano
Orchestre 21, dir. Paolo Bellomia

Vous trouverez ici un vidéo de Leroux qui explique une de ses pièces « De la vitesse » joué par l’Ensemble Sixtrum.
L’Ensemble Sixtrum joue lui-même dans un des concerts de fermeture du festival demain!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :